irritated_eye_lgVotre paupière a parfois des spasmes. Ce phénomène est rarement inconfortable, mais il peut être irritant. Mais, surtout, cela peut vous amener à vous demander s’il y a réellement un problème. Normalement, ce n’est pas le cas.

Le tressautement des paupières (myokymie) est une contraction involontaire des muscles d’une paupière ou des deux.

Les cas bénins sont très courants et s’apparentent aux spasmes musculaires ressentis dans les bras ou les jambes par la plupart des personnes. Les cas extrêmes (qui concernent une personne sur 20 000) peuvent être beaucoup plus graves et s’accompagner de tremblements qui forcent la fermeture des yeux pendant de longues périodes (blépharospasme). Dans de tels cas, les spasmes peuvent s’étendre à d’autres zones périphériques de l’œil, notamment les sourcils, la bouche et le cou.

Quelles sont les causes du tressautement des paupières?

Les chercheurs ont avancé plusieurs hypothèses pour expliquer ce phénomène, notamment un mauvais fonctionnement de l’activité cérébrale, la fatigue oculaire, un excès de caféine, le sevrage de certaines drogues, le stress, l’irritation ou la sécheresse oculaire. Cependant, la cause du tressautement des paupières reste inconnue.

Symptômes du tressautement des paupières

Les symptômes du tressautement des paupières sont notamment :

  • Clignement excessif des yeux

  • Contraction musculaire involontaire autour des yeux

  • Sécheresse oculaire

  • Sensibilité à la lumière

  • Fatigue oculaire

Traitement du tressautement des paupières

Les cas bénins de tressautement des paupières sont isolés et disparaîtront spontanément. Le fait de masser doucement la paupière affectée peut permettre au muscle de se détendre et minimiser ainsi le spasme. Vous pouvez également utiliser des gouttes ophtalmiques si la sécheresse oculaire contribue à l’apparition des spasmes.

Les formes plus chroniques de cette condition peuvent être traitées à l’aide des méthodes suivantes :

  • Injections faciales : elles ont pour but de causer une paralysie locale autour de la zone affectée. Dans la plupart des cas, les yeux réagissent immédiatement, et les symptômes sont atténués entre les injections. Les injections sont généralement réalisées tous les trois mois, mais la fréquence peut varier d’un patient à l’autre.

  • Traitement chirurgical : cette méthode consiste en une chirurgie locale des muscles de la paupière (neurochirurgie). Elle est uniquement utilisée dans les cas graves, pour les patients qui ne répondent pas aux autres formes de traitement.